Chapitre 6 : L’occupation : Seclin - Etappen Kommandantur

Quelle heure avez-vous ? Durant les quatre années que durera la première occupation, vos montres à goussets étaient à l’heure allemande. Soit une heure de plus. Un détail de la vie quotidienne dans une ville qui va se germaniser... Mais cela dit en passant, si l’on regarde bien les fuseaux horaires, nous sommes toujours à l’heure allemande… d’hiver, mais cette décision ne fut prise qu’en 1945.

Outre ce changement d’horaire, notre ville de Seclin garde encore cent ans plus tard de-ci-delà quelques traces de ce passé.

La date officielle du début de la première occupation allemande à Seclin est le Mardi 13 Octobre 1914. De par sa situation à une trentaine de kilomètres du front, de l’existence d’un réseau ferroviaire, de nombreuses structures pouvant accueillir garnison, matériels et services militaires,
Notre ville devient une Etappen Kommandantur. Ils utilisent le maillage administratif existant comme les chefs-lieux de canton ou d’arrondissement. Les petites communes dépendent d’une Orst Kommandantur.
Les archives municipales conservent un précieux plan de Seclin, en date du 15 octobre 1917, où 64 bâtiments et sites sont directement placés sous l’autorité militaire allemande.
Le «château» des Boulets devient un bureau de poste ; la brasserie Lepoivre, place saint Piat, accueille les services cartographiques. A l’actuelle place de notre salle des fêtes, alors occupée par le bâtiment de l’Hôtel de Ville, s’installe la police et juste en face se trouve la Kommandantur.
On pourrait multiplier les exemples de bâtiments trouvant une fonction, souvent utilitaire comme le mess, la boulangerie militaire, les services de distribution de matériel et même un dépôt de fers à cheval dans la filature Duriez.
Il va sans dire que toutes traces de la République disparaissent. Plus question d’un drapeau tricolore bleu, blanc, rouge, mais celui noir, jaune, rouge présentant l’aigle allemand. Marianne se voit remplacée par le buste du Kaiser Guillaume II. Toutes mentions de confrontations avec l’Allemagne sont mises à bas ou effacées ; à titre d’exemple le Pont Napoléon à Lille présentant sur ses pilastres les noms de victoires françaises sur la Prusse sont martelées. Plus question de célébrer le 14 Juillet, on impose les anniversaires de l’Empereur, le 27 Janvier ou celui de Louis III, le roi de Bavière.
Au coin des rues, la signalétique allemande prend la place des panneaux et noms français. Nos rues sont des « strasse ». On ne se rend plus à l’hôpital mais au « lazarett ». Là, où autrefois, il faisait si bon se balader, on longe le « Kanal ». Mais est-il encore possible de déambuler comme bon lui semble au Seclinois d’alors ?
Il doit laisser le trottoir aux militaires, se découvrir à leur passage, se présenter chaque mois à la mairie pour un recensement...

 

«Trinkwasser», inscriptions centenaires

Dans nos nombreuses rues, on peut encore plus ou moins aisément lire çà et là des inscriptions toutes identiques : «Trinkwasser». Ce patrimoine, rare trace de cette occupation maintenant centenaire, témoigne du souhait de l’occupant de s’assurer de la santé des soldats qui étaient souvent hébergés directement chez l’habitant.

On l’a vu précédement, l’un des problèmes de Seclin était son approvisionnement en eau potable. Bien que notre sous-sol soit riche en eau avec ses réserves pompées entre 15 et 30 mètres dans ce qu’on appelle aujourd’hui «les champs captants», la situation restait aléatoire au gré des rues et des maisons.
A l’époque des pompes existent, mais le tout à l’égout n’existe pas, on déverse les eaux usées soit dans des «pertes» ou dans les «riez» et «naviettes». Il est fréquent que les fosses septiques, souvent en briques, viennent contaminer l’eau tirée pour les besoins quotidiens. La situation est critique et impose en avril 1916 de la part de l’autorité militaire un recensement précis et détaillé de la question.

Deuxième quinzaine d’avril 1916, avec une discipline toute prussienne, un questionnaire est remis : existence de puits, d’une pompe, à quelle profondeur l’eau est-elle tirée, où se trouvent les latrines ? Après récolte des feuillets et analyse des eaux, maison après maison, l’occupant se munit de peinture et appose deux inscriptions : « Trinkwasser » (l’eau est bonne à boire) ou « Wasserabkochen » (eau bouillie avant consommation). Cette dernière était signalée par une couleur rouge.

La Grande Guerre, c’est aussi le développement des bombardements aériens. A la nécessité de s’abriter lors des alertes, on recense la capacité des caves, d’abord par le biais d’affiches, puis là encore par un marquage à la peinture blanche : Keller für … Mann (cave pour … hommes), peut-on encore essayer de deviner rue Jaurès.

Autre exemple de peinture de cette époque, certains murs présentent toujours des numéros peints en noir. Là aussi, l’occupant organisa sa numérotation au sein des rues seclinoises.

 

CALIS Maxime - Guide-conférencier et Animateur Tourisme - Novembre 2014

Source : Seclin 1914-118, Histoire d'une occupation, par la Société Historique de Seclin - 2007

Cet article vous a plu ? Partagez le !

Écrire commentaire

Commentaires : 0