NOYELLES-LEZ-SECLIN : On a retrouvé la bonne statue de Sainte Catherine

 

Au cours de recherches pour préparer une visite guidée sur Noyelles-lez-Seclin, commune partenaire de l'Office de Tourisme, notre guide-conférencier a soudain eu un doute sur l'identité d'une statue !

 

Que ce soit dans le livre retraçant l'histoire de la commune ou bien sur le carton de présentation sous la reproduction en carton visible au sein du musée communal était indiquée Sainte Catherine.

Or notre guide, qui jusque là n'avait pas relevé ce détail, remarqua la tour juste derrière la sainte. Il n'y a qu'une sainte possédant cette attribut : Sainte Barbe. Après une enquête auprès du Musée des Beaux Arts de Lille et une méprise lors des échanges entre Michel Demersseman et les conservateurs, Sainte Barbe était devenue Sainte Catherine. Voici la véritable statue !

Sainte Catherine, collection Dept. Moyen Âge et Renaissance (XVIe siècle - calcaire avec polychromie - coll. Palais Beaux-Arts de Lille) - originellement une oeuvre exposée jusqu'en 1874 dans l'église Saint Martin de Noyelles-lez-Seclin.
Sainte Catherine, collection Dept. Moyen Âge et Renaissance (XVIe siècle - calcaire avec polychromie - coll. Palais Beaux-Arts de Lille) - originellement une oeuvre exposée jusqu'en 1874 dans l'église Saint Martin de Noyelles-lez-Seclin.

Les échanges avec Michel Demersseman, ancien maire de la commune et auteur du livre (fort complet et loin d'être peuplé d'erreurs 1), ont permis de comprendre pourquoi cette erreur s'était glissée et faisait foi de vérité depuis quelques années. 

 

La statue originelle n'était plus propriété communale depuis sa vente en 1874 pour 50 francs. Il n'y avait donc plus personne pour se souvenir d'elle ! Elle était depuis conservée au sein du Département Moyen Âge et Renaissance du Palais des Beaux-Arts de Lille. Lors d'une visite, Michel Demersseman tomba sur la statue et nota donc son existence. Quelques années plus tard, lors d'une demande de communication d'un cliché, une personne des Beaux-Arts, envoya par inadvertance cette statue de Sainte Barbe !

 

 

Michel Demersseman nota bien une différence, mais on lui assura que c'était bien la bonne statue, ainsi Sainte Barbe se transforma en Sainte Catherine.

Mais une seconde erreur arriva ! Michel établi que c'était Catherine de Sienne (1347-1380) grâce au livre qu'elle porte ; ses écrits ayant fait d'elle un Docteur de l'Eglise et une canonisation dès 1461.

Mais l'étude de la statue, nous fait plus certainement pencher pour Sainte Catherine d'Alexandrie !

 

Sainte Catherine est bien connue, la tradition populaire ayant fait d'elle la sainte patronne des filles célibataires qui venaient renouveler sa coiffe tous les 25 Novembre. L'Eglise, elle même étant peu sûre de la véracité de l'histoire, l'a retiré de son calendrier en 1970. La Sainte Catherine des chrétiens, jeune fille ayant vécu aux tournants des 3e et 4e siècles, a, en fait remplacé une autre femme d'Alexandrie, totalement à l'inverse de ce que le christianisme voulait porter comme message à l'aube de son pouvoir spirituel et politique.


Hypathie d'Alexandrie, savante et néo-platéonicienne, femme libre et indépendante, tuée par des chrétiens fanatisés. Sa vie fut reprise et transformée par ses bourreaux qui firent d'elle une sainte ! Image : film biopic "Agora"
Hypathie d'Alexandrie, savante et néo-platéonicienne, femme libre et indépendante, tuée par des chrétiens fanatisés. Sa vie fut reprise et transformée par ses bourreaux qui firent d'elle une sainte ! Image : film biopic "Agora"

La vie des saint(es) est souvent un mélange entre réalité et fiction. Le subterfuge entre la Catherine des chrétiens, figure fantasmée, et Hypathie, femme païenne et libre, devait faire oublier un crime.

 

 

 

 

 

C'est du moins la thèse du romancier canadien Jean Marcel dans son roman Hypathie ou la fin des dieux (Montréal, Leméac, 1989, prix du roman de l'Académie des lettres du Québec). Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'étude de Anne-Françoise Jaccottet.

 

Hypathie d'Alexandrie (370-415) était une femme de la haute société, mais surtout une savante, une adepte de la philosophie néo-platonicienne et de surcroit une femme libre, ne souhaitant aucunement le mariage. Lors de la prise du pouvoir à Alexandrie par les chrétiens, Hypathie aurait été assassinée par les plus fanatiques !

 

Pour faire oublier le sang versé, l'Eglise inventa Catherine. Fille d'un noble de la ville, Catherine était chrétienne et une érudite. Un jour, elle réussi à triompher grâce à ses connaissances des philosophes païens devant l'Empereur Maxence. Premier affront ! Suite à son refus de se marier, préférant sa virginité et sa foi, elle fut torturée et décapitée !

Depuis, les représentations de Sainte Catherine d'Alexandrie présentent de nombreuses similitudes à celles de la statue de Noyelles-lez-Seclin. Si les objets de son martyre (roue ou la palme) sont absents car la partie droite est manquante, on y voit clairement une Bible, des habits royaux (couronne), son pied sur un personnage (le savant païen)  et la présence d'Hermine au niveau de sa poitrine (symbole de pureté, virginité). Tout concorde. Sainte Catherine soit la bienvenue chez toi !

Autre statue de Sainte Catherine d'Alexandrie, très ressemblante à la statue de Noyelles-lez-Seclin - XVe siècle à Rossillon dans l'Ain.
Autre statue de Sainte Catherine d'Alexandrie, très ressemblante à la statue de Noyelles-lez-Seclin - XVe siècle à Rossillon dans l'Ain.

Rédaction et mise en page : Maxime CALIS - Guide-Conférencier, Office de Tourisme de Seclin & Environs - Décembre 2016

 

Bibliographie / Note :

 

1. DEMERSSEMAN, Michel - Chroniques de Noyelles-lez-Seclin - Maury Imprimeur - 2006.

 

PS : Maxime remercie M. Michel Demersseman pour les informations relatives à la "bévue" originelle.

Nous adressons nos plus cordiaux remerciements à Madame Laetitia BARRAGUÉ-ZOUITA du Département Moyen Âge et Renaissance du Palais des Beaux-Arts qui a pris le temps d'étudier notre demande et ainsi de rétablir la vérité historique de ce patrimoine.

Une reproduction de la statue devrait remplacer Sainte Barbe.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0