Eglise Saint Martin de Noyelles-les-Seclin


L’église de Noyelles-lez-Seclin est dédicacée à Saint Martin, comme 4 000 autres églises et 236 communes françaises.

La date de fondation de la paroisse n’est pas connue, mais la création de la doyenneté de Seclin en 1369 rattache la paroisse de Noyelles au chapitre de la Collégiale Saint Piat de Seclin. Le nom composé du village vient de là, à l’image de Houplin-Ancoisne, village voisin lui aussi longtemps dénommée Hoplin-lez-Seclin.

L’édifice adopte un plan au sol en forme de croix latine qui est plus marquée à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Inscrite au centre d’une agréable petite place où elle côtoie de charmantes demeures, certaines présentant les fameux murs en « rouge-barre ».

 

Majoritairement bâtie en pierre blanche locale, certains murs portent encore les pierres tumulaires, témoignages de l’ancien cimetière qui jouxtait l’édifice jusqu’à la fin du XIXe siècle.

 


 

Une autre au niveau du Chœur porte le nom de Henri Joseph Malfait, fermier qui bâti le moulin en brique toujours présent à la sortie de la commune vers Wattignies. 

 

La plus ancienne date de 1620. Elle est dédiée à la mémoire de Jean Charles, jeune fils de la Maison de Cardevaque. Cet enfant ne vécut qu’un mois ; la première phrase latine de la dédicace mortuaire dit qu’il vécut « comme une fleur qui éclot et se fane ».

 

 


 

 

A l’intérieur de l’édifice, un magnifique RETABLE attire le regard. Restauré, il y a peu, il figure la Résurrection du Christ. Daté du 17e siècle, les soldats romains adoptent diverses expressions : du sommeil à la fuite, en passant par la surprise et l’effroi. 


Autre tableau notable celui présent dans la nef : La crucifixion. Si son auteur est inconnu, la date de 1624 y figure. Cette toile faisait à l’origine partie de la collection d’un couvent de Dominicains à Lille. La présence de Saint Dominique au pied de la croix en atteste. A gauche et à droite du saint, la Vierge et Jean regarde le Christ qui par des « phylactères » s’adressent aux différents personnages. Les deux larrons encadrent la scène comme dans l’Evangile de Luc. 


En levant les yeux vers le transept sud, dédié au Sacré-Cœur, on peut découvrir de curieux personnages façonnés au niveau des poutres. Appelés des « corbeaux », ces personnages sont étonnamment proches de ceux figurant tout autour du Chœur en l’église Saint Martin à Houplin-Ancoisne. 

 

Hormis ces toiles, le travail du bois est admirable, à l’image de ce bois sculpté figurant le baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain par un St Jean Baptiste vêtu d’une simple peau de chameau. La facture athlétique donnée au corps de Jésus vaut le coup d’œil. 


Bien que modeste, l’église de Noyelles-lez-Seclin, ainsi que son Hôtel échevinal, situé à quelques mètres, démontrent que la richesse des patrimoines n’est pas l’apanage des grandes communes. 


Infos pratiques

 

Adresse : Rue d'Emmerin, 59139 Noyelles-lès-Seclin