Houplin-Ancoisne - Louis de la Trouillère, seigneur au temps des Gueux

Il y a 452 ans, en 1566 une révolte au nom peu flatteur marqua Seclin et ses environs. Pour en savoir un peu plus, nous vous invitons à découvrir la vie d’un seigneur local, celui de Hopelin-lez-Seclin (Houplin-Ancoisne) : Louis de la Trouillère.

 

Une stèle1 située dans le Chœur de l’église St Martin à Houplin-Ancoisne, le représente. Il est à genoux, les mains jointes en prière, revêtu de son armure. En dessous, une épitaphe mentionne ses faits d’armes. A droite et à gauche, toutes les armoiries seront malheureusement martelées lors de la période révolutionnaire.

 

Lire la suite

Péronne en Mélantois : le Monument aux Morts

Monument de Péronne en Mélantois à l'origine était au chevet de l'église
Monument de Péronne en Mélantois à l'origine était au chevet de l'église

Chaque commune a, près de son église ou au sein du cimetière, le monument qui vient nous rappeler le sacrifice des pères et fils ayant combattu pour la patrie. Souvent, on n’y trouve que les trop nombreux morts de la Grande Guerre, de la Seconde Guerre Mondiale. Parfois ceux des guerres de la décolonisation, en Indochine et Algérie. Certaines villes, plus rares encore, possèdent un monument, bien plus ancien, commémorant la guerre de 1870. C’est bien souvent la dernière guerre qui est commémorée par un espace mémoriel.

 

 

Pourtant au pied de la tour de l’église de Péronne en Mélantois, le monument présente les noms de « ses enfants » tombés aux cours des guerres du Second Empire : les guerres de Crimée (1853-1856), d’Italie (1859) et de 1870-1871. Guerres oubliées dont nous allons tacher d’en rappeler brièvement les causes, les faits et les conséquences tant pour le pays que pour nos aïeux, dans nos communes.

 

Lire la suite

1849 : Heurts lors des élections législatives à Seclin

Lire la suite 0 commentaires

La saga des Collette au XIXe siècle - 2e partie : Ceux d'Allennes-les-Marais

En 1847, à deux jours de Noël, au numéro 31 rue des Wetz à Seclin, Marie Pauline Castrique met au monde un enfant de sexe masculin. C'est le fils d’un notaire seclinois alors âgé de trente-sept ans, Xavier-Louis Désiré Collette. Ce conseiller général du Nord et notoirement maire de la ville, se verra décerner le titre de chevalier de la Légion d’Honneur en 1866. Le voilà père pour la troisième fois. Déjà en 1844, une fille prénommée Maria était venue au monde. Le bonheur pour son second, un fils, ne vivra que le temps des neuf mois du petit Paul. René Collette vient comme un remplaçant mais qui tiendra toute ses promesses. Comme le père, il cumulera les postes officiels allant de conseiller municipal à délégué sénatorial, en passant lui aussi par l’obtention du titre de chevalier de la Légion d'Honneur. Mais c’est par son activité professionnelle orientée comme ses oncles dans la distillerie qu’il reste dans la postérité industrielle locale. La fréquentation de ce milieu lui donnera les bases nécessaires pour se lancer avec succès dans cette carrière.

Lire la suite

La saga des Collette au XIXe siècle - 1ere partie : Ceux de Seclin

La famille Collette continue de marquer durablement la vie sociale et économique de la ville de Seclin. De par les mariages, les descendances, chaque génération va apporter à Seclin, succès et renommée. Le nom Collette sera au cours du siècle de la « Révolution industrielle » un synonyme d’innovations et d’inventions pour l’industrie sucrière régionale. L’histoire des Collette mérite bien le terme de saga.

 

Lire la suite