NOYELLES-LEZ-SECLIN : On a retrouvé la bonne statue de Sainte Catherine

 

Au cours de recherches pour préparer une visite guidée sur Noyelles-lez-Seclin, commune partenaire de l'Office de Tourisme, notre guide-conférencier a soudain eu un doute sur l'identité d'une statue !

 

Que ce soit dans le livre retraçant l'histoire de la commune ou bien sur le carton de présentation sous la reproduction en carton visible au sein du musée communal était indiquée Sainte Catherine.

Or notre guide, qui jusque là n'avait pas relevé ce détail, remarqua la tour juste derrière la sainte. Il n'y a qu'une sainte possédant cette attribut : Sainte Barbe. Après une enquête auprès du Musée des Beaux Arts de Lille et une méprise lors des échanges entre Michel Demersseman et les conservateurs, Sainte Barbe était devenue Sainte Catherine. Voici la véritable statue !

Lire la suite 0 commentaires

Le siège de Lille et de sa région en 1708

Tout le monde a chantonné dans son enfance la comptine « Malbrough s’en va en guerre » sans trop maintenant savoir à quel personnage et quel épisode historique elle faisait référence.

 

Malbrought ou Malborough était un duc anglais, connu aussi sous le nom de John Churchill, ce qui en fait un ancêtre du célèbre Premier Ministre britannique, Winston Churchill.  

Ce duc de Malborough fut l’un des grands militaires de la fin du 17e, début 18e siècle, et il mena de brillantes batailles face aux Français lors de la Guerre de Succession d’Espagne. Derrière guerre perdue par un Louis XIV vieillissant et loin du faste affichée des victoires d’antan, telle la prise de Lille en 1667.

Lire la suite 0 commentaires

Cimetière de Seclin : Les maitres de pension

Sépulture Parent / Garez - cimetière de Seclin Centre
Sépulture Parent / Garez - cimetière de Seclin Centre

Définition de 1732 : « Pension, se dit aussi collectivement des gens que l’on a en pension, de tous ceux qui sont en pension chez quelqu’un, du nombre de ses pensionnaires. (…) On appelle maitre de pension, ceux qui tiennent pension, qui prennent des écoliers en pension (…) »1.

 

 

 

Le cimetière de Seclin possède une tombe assez particulière où sont figurés une plume et un rouleau de papier, symboles de culture pour les deux défunts : Benoit Theodore PARENT et Joseph Adolphe GAREZ, désignés sous le terme de « maitre de pension ». Un portrait de profil est également visible, mais l’œuvre du temps sur la pierre calcaire a fait son temps, le rendant méconnaissable.

 

Ils ne sont nullement les premiers « enseignants » de Seclin2, car déjà en 1618 on trouve dans les comptes du Bureau de Bienfaisance « une certaine somme (qui) a été payée au maître d’école de Seclin pour l’écolage des enfants pauvres ». En 1652, ce maitre porte le nom de Bartholomey et en 1705, celui qui était en poste apprenait « à lire et escrire et les principes de la Foy ». En 1751, une école de filles est dirigée par une certaine Marie Jeanne Petit.

Lire la suite 0 commentaires

Les roses de Madame Guillemaud

Les vers de la célèbre chanson, interprétée par Françoise Hardy, Mon Amie la Rose : « On est bien peu de chose / Et mon amie la rose / Me l'a dit ce matin / Vois le dieu qui m'a faite / Me fait courber la tête / Et je sens que je tombe / Et je sens que je tombe / Mon cœur est presque nu / J'ai le pied dans la tombe / Déjà je ne suis plus (…) » nous permettent d’évoquer l’œuvre botanique d’une bourgeoise de Seclin.

Lire la suite 0 commentaires

Hôpital Notre-Dame - La leçon de pharmacie, le tableau "Cluedo" de 1815

Lors des repas, on sort les vieux albums photos de la famille. « Dit mamie, c’est qui la belle dame sur la photo ? » Et là, le blanc ! Plus personne ne sait qui est cette inconnue, l’image éternellement fixée sur le papier argentique mais dont le nom est tombée dans les limbes de l’Histoire. Parfois, on a jugé bon d’inscrire une date, un lieu, voir même les noms au verso. Fouiller dans les archives et retrouver le nom d’un visage, c’est ce qui arrive en travaillant sur le tableau « La leçon de pharmacie » présentant la Communauté des Augustines de Seclin en 1815.

Lire la suite 0 commentaires