Seclin 1914-1918 : Les hauts gradés allemands de Seclin (1ere partie)

Après un premier article sur « Les Noëls allemands à Seclin 1914-1818 », nous poursuivons notre série mettant en valeur les documents de première main et propriété de Jean Stéphane Hennion. Nous avons choisi d’évoquer les hauts gradés Allemands ayant séjourné et vécu dans notre ville.

 

Le premier militaire qui nous intéresse est Maximilian VON LAFFERT.

Né le 10 Mai 1855. Il occupa Seclin avec ses Saxons du XIXe A.K jusqu’en 1917. Malade, il retourne en Allemagne où il décède d'une crise cardiaque le 20 Juillet 1917. Mais pour que ce militaire puise avoir vécu sur Seclin, encore fallait-il que l’armée allemande s’empare de notre secteur et c’est justement le rôle qu’a joué notre premier protagoniste.

Lire la suite 2 commentaires

SECLIN 1914-1918 - Noëls de guerre

Dans ce premier numéro des inédits de la Grande Guerre sur Seclin, nous vous proposons une thématique sur Noël. Nous tenons à remercier M. Jean Stéphane HENNION, un Seclinois passionné par cette période de l'Histoire. Collectionneur, Jean Stéphane aurait pu choisir de garder jalousement ses petits trésors, mais il a fait le choix en partenariat exclusif avec l’Office de Tourisme de vous livrer ses pièces souvent uniques et inédites. De nouvelles pages de l’histoire Seclinoise vont s’ajouter à celles que vous connaissez. Vous comprendrez que pour des raisons de propriétés et de raretés, nous avons griffé ces documents, mais le principal tient dans la matière que nous dévoilerons au fur et à mesure des mois à venir.

Lire la suite 2 commentaires

Chapitre 13 : Les cérémonies de 1923, Recueillement et Renaissance

Le début des années 1920 est marqué par les nombreuses inaugurations de Monuments aux Morts. A Seclin, cette inauguration va se passer les Dimanche 13 Mai et Lundi 14 Mai. Nous reproduisons ici de large extraits parus dans le journal Le Réveil du Nord.
L’atmosphère emplit de recueillement mais aussi d’un profond sentiment de soulagement se dégage. Parmi les présents, nul n’imagine que dix sept ans plus tard, ces mêmes rues en fête seront une fois de plus témoins d’un nouveau conflit.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 12 : De l’exode à la libération

En Septembre 1944, les libérateurs anglais furent accueillis dans les rues seclinoises par des habitants en liesse. Mais au cours de la libération d’Octobre 1918, il en fut tout autrement. Exilés de force vers la Pévèle, c’est là que les Seclinois surent que leur délivrance était chose acquise.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 11 : 1918, une douloureuse libération

Au terme de quatre longues années d’occupation, le Nord et Seclin vont connaître les heures de la libération. Mais l’épilogue tant attendu va se faire dans une ville dévastée.

Lire la suite 5 commentaires

Chapitre 10 : L’occupation, Deutscher Soldatenfriedhof

La région, zone majeure d’un front quasi-stable malgré de terribles et inutiles offensives, garde la mémoire de ces hommes tombés loin de chez eux : Français, Anglais, Néo-Zélandais, Portugais, Indiens... A Seclin, 1188 Allemands et 4 Russes dorment à jamais dans la terre du Mélantois. 

Lire la suite 4 commentaires

Chapitre 9 - L'industrie Seclinoise : Du courage à la désolation

De tout temps, les armées ont pillé, réquisitionné tout ce qui pouvait être utile à leur ravitaillement, au paiement de la solde de la troupe ou fournir un appui militaire. La Grande Guerre va changer en partie cette «tradition». L’anéantissement de l’économie rivale devient la norme. Au milieu de cette guerre dans la guerre, les ouvriers et les ouvrières.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 8 : L’occupation, l'Hôpital Notre-Dame le Lazarett miraculé

A la veille du conflit, l’Hôpital Notre-Dame, avait définitivement acquis l’aspect architectural qu’on lui connait de nos jours. Pourtant, il s’en fallut de peu que ce «joyau» de Seclin ne disparaisse à jamais.
Voici son histoire, et surtout celle de son personnel dévoué.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 7 : L’occupation, la vie des civils

Pendant quatre longues années, les Seclinois et tout ceux qui derrière la ligne de front sont coupés des maris, des frères partis combattre, et par voie de conséquence des nouvelles de la Mère Patrie. Une expérience si bien décrite dans Invasion 14 par le Roubaisien, Maxence Van Der Meersch.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 6 : L’occupation : Seclin - Etappen Kommandantur

Quelle heure avez-vous ? Durant les quatre années que durera la première occupation, vos montres à goussets étaient à l’heure allemande. Soit une heure de plus. Un détail de la vie quotidienne dans une ville qui va se germaniser... Mais cela dit en passant, si l’on regarde bien les fuseaux horaires, nous sommes toujours à l’heure allemande… d’hiver, mais cette décision ne fut prise qu’en 1945.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 5 : La mobilisation, le début de l'occupation

Le 28 Juin 1914 éclate la lointaine nouvelle de l’assassinat à Sarajevo de l’héritier au trône de l’Empire Austro-hongrois. Personne n’imagine que la paix établie en Europe depuis 1871 n’a plus qu’un mois à vivre. Pourtant la situation va vite se gâter. Même le temps n’est pas au beau fixe, on enregistre 15°C en moyenne à Paris en Juillet.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 4 : Revanche ou pacifisme ?

A la veille de la guerre, le débat national est plutôt tendu. Aux idéaux pacifistes et internationalistes des uns, répond l’esprit de la «Revanche» et un soutien à l’armée. A Seclin, on connait avant guerre cette ligne de fracture. Une frange ouvrière radicale côtoie un patronat militariste et nationaliste.

Lire la suite 0 commentaires

Chapitre 3 - 1910 : L’affaire de l’espion boxeur

A quelques mois du déclenchement du conflit, les nations européennes organisent des réseaux d’espionnage. En mars 1910, un boxeur lillois, originaire de Belgique, est arrêté. Son crime : des prises de vues photographiques des ouvrages de Seclin et d’Houplin. Pourtant, on a plus à faire à un Pied Nickelé affublée d’une Mata Hari.

Lire la suite 0 commentaires